10 juin 2007

Ma nouvelle vie de femme organisée

Mardi, 5h45 : mon réveil sonne. J’ai toujours détesté les réveils. Surtout à 5h45. Et surtout quand je me suis couchée à 1h30.

 

6h08 : Je me lève de mon lit. Car aujourd’hui est un grand jour.

 

J’ai décidé d’être une femme organisée. Et une femme organisée, quand elle part voir sa meilleure amie qui vient d’accoucher dans le trou du cul du monde, elle se lève tôt pour avoir le temps de prendre sa douche, de relire deux trois articles, de boire trois quatre cafés, de se faire une gueule, et de ne pas rater son train de 8h44. Le tout sans stress, sans peau luisante d’avoir couru dans les couloirs du métro, et avec peut-être même le temps de boire un cinquième café à la gare.

 

8h pétantes : Je pars de chez moi. J’ai eu le temps de prendre ma douche, de relire deux trois articles, de boire trois quatre cafés, de me faire une gueule, et je ne vais pas rater mon train de 8h44.

 

8h30 : J’arrive à la gare Montparnasse. Même pas de stress, même pas couru dans les couloirs du métro, même pas la peau luisante. Fraîche, dispo, et même le temps de prendre un café à la gare.

Sauf que je suis à la gare Montparnasse. Et que mon train pour le trou du cul du monde, il part de

la Gare

de Lyon.

 

8h43 : Je suis dans le métro. Blindé le métro. J’ai le stress, la peau luisante, et je vais devoir courir dans les couloirs du métro puisque mon train part dans 60 secondes et que j’en ai pour 25 minutes de trajet.

 

8h44 : Je me rends à l’évidence, j’ai raté mon train de 8h44. Et j’ai toujours le stress, et la peau encore plus luisante.

 

9h20 : J’ai changé mon billet. Je repars à 10h34. Enfin, si tout va bien. J’ai envie de pleurer tellement je suis vexée d’avoir raté mon premier essai de femme organisée. A défaut d’en être une, j’essaye d’être une femme positive, puisqu’il parait qu’on peut toujours tirer quelque chose de bon d’une situation d’échec.

 

Je ferai attention la prochaine fois me direz-vous ? Ca marche pas chez moi, ça fait dix fois que je tire la même conclusion et je ne fais toujours pas plus attention.

 

J’ai beau chercher, je ne trouve pas. Ah si ! J’ai gagné 12 euros car le deuxième train était moins cher que le premier. Sauf que j’ai perdu 25 euros en oubliant de me faire rembourser le celui que j’avais prévu de prendre lundi pour la même destination.

 

Si je sais. En attendant 1h24 à la gare, j’ai eu le temps de prendre trois cafés.

 

Kmille, en mode positive-attitude. Ou pas…

Note postérieure à la rédaction de ce billet : ce que je ne savais pas, c'est que le pire était à venir...

Posté par Kmille80 à 16:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur Ma nouvelle vie de femme organisée

    Sympathique cette expédition.
    Tu n'es pas la seule à qui cela est arrivée. Même aux organisés dans l'âme.
    Allez super sympa de t'avoir lu.

    Posté par nanou, 10 juin 2007 à 16:58 | | Répondre
  • et moi je prevois toujours 2heures d'avance sur les horaires (train, avion, rdv important) et puis binh les cafés j'enchaine pour patienter.

    Posté par helene, 10 juin 2007 à 23:01 | | Répondre
  • ploup

    8h44 : Je me rends à l’évidence, j’ai raté mon train de 8h44. Et j’ai toujours le stress, et la peau encore plus luisante.

    J'adore

    Posté par toma, 11 juin 2007 à 11:47 | | Répondre
  • Mon frêre a fait le contraire une fois: arrivé gare de Lyon bien à l'heure pour un train partant de Montparnasse

    Posté par mayacook, 28 juin 2007 à 08:06 | | Répondre
  • Je te rassure, tu n'es pas la seule, moi aussi je me trompe de métro (je prend celui qui va dans l'autre sens), de gare.. Et oui, ça arrive

    Posté par Fab, 11 octobre 2007 à 09:27 | | Répondre
  • J'ai fais la même bétise: suis allé à Montparnasse alors que je devais partir de gare d'Austerlitz...sauf qu'à l'inverse de toi, j'ai eu la chance d'attraper mon train qui a démarré 3 sec après mon arrivée, et j'avais la peau plus que luisante après cette longue course.

    Continue ce ptit blog, j'aime beaucoup!

    Posté par yannick, 11 octobre 2007 à 16:53 | | Répondre
Nouveau commentaire