Une fois par an, quelques mois avant l'été, j'entame un régime draconien, qui pourrait se résumer ainsi : 

Fumer plus, boire moins, arrêter le beurre avec les pâtes Boursin-Thon-Kiri, et me masser le cuissot et les fesses avec un gel anti-cellulite. 

Ca pourrait représenter un sacré budget quand même ces crèmes miracle, rapport au fait que j'ai quand même deux cuissots, autant de fesses, et beaucoup de motivation à triompher dans ma tâche. L'avantage c'est que j'économise sur le beurre, l'inconvénient c'est que ça me coûte le double en cigarettes.

A ce stade j'anticipe la réaction du commentateur relou qui ne manquera pas de me dire que j'ai qu'à arrêter de fumer : t'inquiète pas pour moi mon petiot, va, en fait les crèmes je les aies à l'oeil, grâce à mon boulot, ce qui me permet d'entretenir tranquillement mon petit cancer tout en combattant ma peau d'orange disgracieuse. 

Hier donc, au moment de me coucher, j'ouvre solennellement le carton contenant mon kit anti-cellulite avec un gel et un applicateur à rouleaux dotés de pivots. Mes mains tremblent, mon coeur s'accélère, faut dire que je suis bien consciente qu'il est en train de se jouer un truc dingue.

Dans quelques instants je serai comme la fille sur la boîte, tellement pas cellulitée que je serai heureuse à en sauter en l'air dans mon maillot de bain, en souriant et en criant "Good bye capitons", parce qu'en perdant ma cellulite j'aurai retrouvé ma joie de vivre.

Il y a plein d'écriture sur le machin, mais moi je m'en fous, j'ai pas de temps à perdre, faut dire que la seule chose que j'ai vu c'est qu'il y a écrit - 1,5 cm de tour de cuisses en 4 semaines et + 27% de tonicité en une semaine. Si mes calculs sont bons, cet été j'aurai 4,5 cm de largeur en moins à chaque jambe et je serai tonique à 324%.

Je me regarde une dernière fois, je dis Good bye à mes capitons en me faisant la réflexion que ça leur va pas du tout, ce nom, capiton ça devrait désigner quelque chose de mignon, genre un petit capit ou un gentil capitaine.

J'applique le gel sur mes jambes, puis sur mes fesses. Je déborde un peu, jusqu'au menton et aux mollets, il y a marqué "fesses et cuisses" mais je me dis que les chances que le gel me dise à mi-chemin "Ah non désolé je fais pas les genoux faudrait vous adresser à mon collègue" sont minces. 

Je m'empare de l'engin, je place ses gros rouleaux à picots sur l'arrière de mon cuissot, et j'entame la longue ascension vers le sommet de mes fesses. J'ai l'impression de me faire tripoter par 40 doigts en même temps, ça fait drôle, et un peu mal aussi.

Je redescends le long de ma jambe, l'engin ne me signale rien d'anormal, je suis un peu vexée qu'il prenne mes genoux pour un cul mais je continue. 

Je remonte jusqu'au menton, en contournant soigneusement mes seins parce qu'à raison de 4,5 cm en moins en 3 mois, ça va rapidement former un double creux au niveau de mon buste.

Je redescends, je remonte. 5 fois. 10 fois. Ca commence à me picoter sévère. C'est bon signe je me dis, ça travaille.

Je me suis fixé un objectif de 40 passages alors je continue, inlassablement, enfin inlassablement c'est pas vraiment le terme, il faut avouer que c'est un peu lassant, alors pour passer le temps je pense à tous les trucs dingues que je pourrai bientôt faire, comme jouer au volley sur la plage, me mettre à poil devant mon mec, ou encore sauter partout en criant "Good Bye capitons".

Arrivée à 40 passages, je réunis mes forces pour en faire 10 de plus, j'aime cette sensation d'aller au delà des limites qu'on s'était fixées, c'est comme dans le sport ça, et je sais de quoi je parle, j'ai fait un jogging un jour avec mon père, c'était en 1993. 

Au bout de 40 passages, je m'arrête, pas que je sois contre l'idée de continuer un peu, mais je me dis que c'est bizarre ces gémissements de douleur qui sortent de ma bouche, vu que la nana qui le fait sur l'emballage, elle, a l'air de découvrir les joies de l'orgasme. 

Puis accessoirement je me dis que c'est bizarre aussi, cette couleur violacée qui s'étend de mon menton à mes mollets, excepté à l'endroit des seins.

Alors je lis les précautions d'usage. En rouge, il est écrit : "Veillez à respecter scrupuleusement le nombre de passages autorisés :5".

Si mes calculs sont bons, cet été j'aurai 45 cm de largeur en moins à chaque cuisse. 

Ca sera un peu compliqué pour le beach-volley, mais je pourrais toujours rouler en criant Good Bye capitons.