J’avais souvent remarqué que de nombreuses vendeuses ont en commun un langage bien à elles, constitué de termes et d’expressions spécifiques. A n’en point douter, ce langage propre est principalement destiné à provoquer l’acte d’achat. Mais je ne peux pas m’empêcher d'y voir aussi, au même titre que la french manucure carrée et strassée, un moyen de montrer et revendiquer leur appartenance à la grande famille des vendeuses.

C’est en tout cas ce qui m’a sauté aux yeux hier, lorsque Sabrina (qui ne m’avait pas précisé son nom, mais qui avait plus une tête à s’appeler Sabina que Domitille ou Ségolène), m’a alpaguée. Ensemble, tentons de comprendre les subtilités de sa langue (percée, cela va de soi). 

« Dans les tons bleus je vais avoir ça »

Elle utilise le « je », et ce même si elles sont 72 à travailler dans la boutique, et parle systématiquement au futur proche. Ainsi, si elle te brandit un article en te disant qu’elle va avoir ça, ne lui demande pas quand elle va le recevoir, elle l’a déjà, tu vois bien, nigaud.

« Je vais avoir ce petit top, aussi »

Elle aime utiliser l’adjectif « petit ». Elle va avoir des « petites » jupes, des « petits hauts », mais jamais des « grandes chemises » ou des « gros pantalons ». Même si ladite chemise t’arrive aux pieds et que ledit pantalon est un 54. D’ailleurs, elle te conseillera sûrement de le porter avec des petites ballerines, que tu fasses du 36 ou du 44.

« Si vous voulez je peux vous le mettre en cabine. »

Si jamais l’essayage est concluant, elle te la mettra en caisse. Dans le cas contraire, elle la remettra en rayons. Ou alors tu lui demanderas une autre taille qu’elle ira chercher en réserve. Mais si jamais tu te tâtes un peu, n’hésite pas à lui demander de la garder en mains.

« C’est du coton, ça se détend »

Sois rassurée si ton pantalon te coupe la circulation sanguine et anéantit toute tentative de pliage de genoux, c’est du slim, c’est normal. Et c’est du coton, ça se détend, et au prochain lavage tu redécouvriras aussitôt les joies de la marche.

« C’est du coton, ça bouge pas »  

Le coton est une matière intelligente. Qui se détend quand il y a besoin, et qui bouge pas le cas échéant. Un peu comme le stretch, en fait.

« Ca se porte comme ça »

Tu soupçonnes ton petit top d’être un peu grand, rapport au fait que tu pourrais inviter toute ta famille dedans ? C’est moche, pas pratique (tu te prends les pieds dedans, un peu, quand même), mais c’est normal, ça se porte comme ça.

« J’ai une petite jupe qui va avec »

En vrai elle n’en a pas qu’une. Elle utilise juste le singulier, même si elle en a 37 en rayons. D’ailleurs, si elle te conseille de l’assortir avec une petite tong, n’aie crainte, en réalité il lui en reste au moins deux.

« Ca va avec tout »

Devant ta mine circonspecte face à ce petit haut prune à pois marrons, Sabrina tient à te rassurer, « ça va avec tout ». Si tu lui demandes « avec quoi par exemple ? », elle te répondra « Oh bah avec du prune, du marron… » Puis comme elle se rendra compte de la galère dans laquelle elle s’est embarquée, elle ajoutera indéniablement : « … du jean, du petit pois, du petit tee-shirt basique… »

Ca va avec DU TOUT, on te dit.

Puis si jamais après tout ça tu hésites encore, Sabrina t'assènera le coup final et l'argument ultime, avec un air complice et entendu. 

"J'ai le même à la maison".

Forcément là, tout de suite, te voilà conquise.